Les 11 Pièces de Céramique les Plus Représentatives d’Europe

La cazuela de Ciempozuelos cerámica de Europa

L’histoire de la céramique a fait couler beaucoup d’encre, car des milliers d’inventions ont été réalisées à travers les âges. Cependant, de nos jours, peu de choses sont reconnues ou connues sur toutes ces créations et leur signification à chaque époque.

C’est pourquoi aujourd’hui, nous allons vous raconter et vous montrer 11 des pièces les plus représentatives de l’Europe qui ont existé depuis la création de la céramique jusqu’à il y a quelques années. Ne partez pas ! Lisez la suite et découvrez l’histoire et la signification de chacun de ces objets

1. La marmite de Tajos de Cacín

Cette pièce a été créée à l’époque néolithique, approximativement entre 6000 et 3000 avant J.-C., en Espagne.

Elle est née avec le développement précoce de l’agriculture et la domestication des animaux, ce qui explique qu’elle ait été utilisée pour stocker des aliments ou pour transporter des liquides d’un endroit à l’autre.

Ces fonctions expliquent la raison de sa forme sphérique ou ovoïde, les potiers de l’époque ayant tenté d’imiter les formes des calebasses et des coquilles d’œufs, objets qui étaient utilisés avant sa création pour ces mêmes tâches.

Ce pot étant l’une des premières inventions de la période néolithique, il a été fabriqué à la main et décoré à l’aide de techniques anciennes telles que la technique du cardial, réalisée avec des coquillages de mer, et la technique du peigne, réalisée avec un peigne.

Cette pièce se caractérise par sa forme sphérique et par la présence de 3 petites poignées, qui permettent de la saisir et de la porter.

La olla de Tajos de Cacín cerámica de Europa
ARGARICA

Une dernière chose que vous devez savoir sur cette pièce est que, comme beaucoup d’autres comme les bols ou les cuillères en os et autres objets de cuisine, ils ont été découverts à l’intérieur de certaines grottes où l’on trouvait des foyers utilisés par les ancêtres pour se réchauffer et cuisiner. Cela signifie que certains groupes étaient déjà devenus sédentaires, laissant derrière eux un mode de vie nomade.

2. La casserole Ciempozuelos

La poterie Ciempozuelos appartient au groupe des poteries en forme de cloche, créées pendant la période chalcolithique, de 3000 à 1800 avant J.-C., à Madrid, en Espagne.

Comme le tour de potier n’existait pas encore à l’époque, cette pièce a également été modelée entièrement à la main. Cependant, grâce à l’expérience des potiers, ces pièces sont plus élaborées que celles de la période néolithique. Cela se reflète principalement dans la forme et la finesse des murs, ainsi que dans les finitions.

En ce qui concerne les finitions, la casserole Ciempozuelos se caractérise par sa finition métallique, obtenue par la technique du brunissage. Ajoutons que la décoration était également avancée, puisque cet objet présente des motifs imprimés et des lignes blanches qui présentent un contraste saisissant sur la pièce.

La cazuela de Ciempozuelos cerámica de Europa

Une des questions qui vient à l’esprit est : à quoi servaient ces pièces ? La réponse peut vous surprendre, car à première vue, la cocotte semble parfaite pour un usage domestique, mais son utilisation est loin de ce domaine.

Les pots de Ciempozuelos étaient utilisés comme tombes dans les rituels funéraires. Il faut toutefois savoir que ces objets n’étaient utilisés que par les classes supérieures ou dirigeantes de l’époque, car la pièce était considérée comme une céramique de luxe. Cependant, au fil des années, cela a changé et, de nos jours, ces pièces sont attribuées aux classes inférieures.

3. Le vase en céramique

Le récipient en céramique est une création de la deuxième phase de la culture Nagada ou égyptienne pendant la période prédynastique du 4e millénaire avant J.-C.. Il est très important que vous sachiez que cette communauté était l’une des plus remarquables en raison de sa créativité artistique, grâce à laquelle elle racontait les histoires et les traditions de sa culture.

La pièce est de forme ovoïde et possède deux poignées latérales au sommet, là où elle était normalement tenue, et ses parois sont lisses et de couleur claire.

En tant que décoration, la pièce contient des figures qui représentent l’environnement naturel et les actions de la vie quotidienne des Égyptiens à cette époque, puisqu’elle contient des figures humaines, des figures animales et ce qui semble être des montagnes, toutes peintes dans un ton plus sombre que celui du récipient.

El vasito cerámico pieza de Europa
Retablo ceramico

D’autres récipients ou pièces tels que des assiettes montrent également des représentations d’animaux de chasse tels que des lions, des antilopes et autres. Cette action était toujours représentée car elle faisait partie de la subsistance des groupes égyptiens.

Le récipient en céramique était utilisé à des fins domestiques, dans lequel toutes sortes de liquides étaient stockés et transportés. Cependant, ils étaient également utilisés comme récipients funéraires dans lesquels étaient enterrés des objets du quotidien.

4. La dame d’Ibiza

Cette pièce provient de la période coloniale phénico-punique, de 750 à 200 avant J.-C., à Ibiza.

Depuis sa création, la Dame d’Ibiza est considérée comme l’une des pièces les plus importantes et les plus représentatives de l’art punique. Mais qu’est-ce que l’art punique ? Ce n’est rien d’autre que le nom historiographique de l’art de la civilisation carthaginoise, c’est-à-dire Carthage.

La dama de Ibiza cerámica de Europa

Cette pièce curieuse avait plusieurs usages : tout d’abord, la Dame d’Ibiza était déposée comme offrande à la divinité pour demander la fertilité, la santé, la guérison et la protection. Une autre utilisation consistait à l’enterrer lors des rituels funéraires comme symbole de protection du défunt. C’est pourquoi plusieurs de ces objets ont été retrouvés dans le cimetière principal de l’ancienne capitale punique Ebusus (Ibiza).

Cette pièce a été réalisée en terre cuite à l’aide d’un moule, puis décorée à l’aide de différentes techniques. Les bras ont d’abord été ajoutés au corps, puis les colliers ou ornements ont été modelés séparément. La tunique, les boucles d’oreilles et la coiffe sont décorées de figures florales qui recouvrent ces parties de la figure.

5. Kathos ou chapeau haut de forme

Kathos ou chapeau haut de forme est le nom donné à un vase cylindrique en céramique fabriqué à l’époque ibérique, entre 50 et 100 avant J.-C., dans la nécropole d’Archena (Murcie).

Ce vase montre les grands progrès réalisés par les potiers dans la fabrication de leurs pièces. Et d’après sa forme et sa finition bien faite, il est évident que le tour du potier a été utilisé, ce qui représente un autre progrès.

La décoration de l’objet est basée sur des figures géométriques, zoomorphes (animaux) et anthropomorphes (humains) peintes sur une couche d’engobe avec des pinceaux de différentes tailles et épaisseurs.

Lorsque cette pièce était utilisée pour des rituels funéraires, les cendres du défunt y étaient déposées, mais pour ce type d’occasion, la décoration du Kathos était différente et exclusivement utilisée pour le rituel.

Le récipient était décoré de l’image d’un oiseau aux ailes déployées représentant une déesse protectrice de la vie, de la mort, du renouveau et de la fertilité. Il représente également la protection du défunt lors de son passage de la terre au ciel. Parfois, l’image de l’oiseau pouvait être remplacée par une figure humaine ou un autre oiseau émergeant d’une fleur, les deux dessins ayant la même signification.

Kathos o sombrero de copa pieza de cerámica de Europa
STASIOTIKA

Le chapeau haut-de-forme était également utilisé pour diverses tâches domestiques, notamment le stockage et le transport de produits, la transformation ou la consommation de nourriture et de boissons, et enfin pour les rituels funéraires. 

La poterie ibérique présente l’originalité d’avoir été utilisée pour la communication entre les différents peuples méditerranéens, les Phéniciens et les Grecs. De nombreux produits en sont issus et se sont répandus en Espagne, en Italie, en Afrique du Nord et dans le Midi français. 

6. L’hydria

L’hydrie est un récipient qui a été créé pour contenir et transporter de l’eau pendant la période de la Grèce classique, plus précisément de 520 à 390 avant Jésus-Christ.

Cette pièce se caractérise par sa forme semblable à celle d’un vase parfaitement tourné, avec trois anses, une verticale et les deux autres de part et d’autre de la figure. Cette poterie était décorée d’une glaçure qui, après cuisson, prenait une couleur noire avec un éclat particulier.

D’autre part, les figures que l’on peut distinguer sur la pièce sont des figures humaines effectuant certaines actions de leur vie quotidienne, généralement des femmes tenant des hydries. Bien que les hydries soient pour la plupart sombres avec des images claires, il existe également des vaisseaux clairs avec des images sombres.

La hidira cerámica de Europa
Prise de retablo ceramico

Pour réaliser ces décorations, dans le cas des vaisseaux clairs, seules les parties qui devaient être sombres ont été peintes pour mettre en valeur les figures, et dans le cas des figures claires, les figures ont été laissées complètement immobiles et peintes autour d’elles.

Sur l’image que nous vous montrons maintenant, deux femmes semblent se dire au revoir après avoir eu une conversation tout en remplissant d’eau leur hydrias. Au-dessus d’eux apparaît Eros, le dieu de l’attraction sexuelle et de l’amour, indiquant que la conversation a porté sur ces sujets.

Les hydries étaient des objets céramiques à succès en raison de leur signification et de leur utilité, ce qui leur a permis d’être produites en grande quantité et d’être commercialisées dans toute la péninsule grecque et la Méditerranée.

7. Le bol en céramique

Le septième objet dont nous allons vous parler est un bol en céramique fabriqué sous l’Empire romain, du 1er siècle avant J.-C. au 5e siècle après J.-C.

Ce bol en céramique appartient à un type de poterie appelé “terra sigillata”, qui signifie terre scellée. Il se caractérise par sa couleur rouge ou orange et sa décoration en relief.

La pièce a été réalisée à l’aide d’un moule en argile dont le décor a été marqué en négatif. Ces dessins ont été marqués sur la pièce, qui a ensuite été recouverte d’une couche d’engobe avant d’être cuite entre 900 ºC et 1 100 ºC. Une fois la pièce sortie de la cuisson, l’engobe qui avait été appliqué auparavant a pris une couleur rougeâtre ou orange vif et l’argile est complètement dure.

El cuenco cerámico pieza cerámica de Europa
Prise de retablo ceramico

Il ne fait aucun doute que son processus de production était considéré comme l’un des plus complets et des plus longs. C’est pourquoi le bol est devenu un objet d’usage courant et, par conséquent, sa production s’est accrue en Italie, à tel point que des ateliers ont été créés dans divers endroits comme la Gaule et l’Hispanie.

Dans ces endroits, la plupart des hommes de chaque famille étaient engagés dans ce travail, et ils étaient accompagnés de salariés libres et d’esclaves.

8. Les vases de l’Alhambra

Parmi les céramiques hispano-musulmanes, il existe un groupe de pièces qui se distinguent par leur nom et leur aspect, il s’agit des faïences lustrées. Toutefois, il convient de noter que certains objets se distinguent des autres, et ce sont les vases de l’Alhambra.

Les vases de l’Alhambra ont été créés au sein de la culture andalouse pendant la période nasride, aux 14e et 15e siècles. Leur nom est attribué au palais de l’Alhambra où plusieurs exemples de ces vases ont été trouvés.

Le vase était fabriqué sur un tour de potier, son corps est de forme ovoïde, son col est haut et étroit, et ses anses sont très différentes des anses communes, car elles sont verticales, larges et sans creux pour les saisir. Ces détails suggèrent qu’il n’a pas été fabriqué pour un usage quotidien, mais que sa fonction principale était de décorer des espaces.

Los jarrones de la Alhambra cerámica de Europa

La pièce se caractérise par son décor aux couleurs bleu et or qui reflètent un effet métallique. Il contient également des motifs géométriques, végétaux ou épigraphiques (inscriptions des ancêtres) qui donnent un détail différent et élégant au vase.

En outre, un aspect différent et hautement significatif de la pièce est que la combinaison de ces éléments ne visait pas à imiter des éléments de la nature, car cela pourrait être considéré comme un acte d’impiété envers Dieu.

C’est pourquoi les musulmans ont commencé à chercher un moyen de produire des objets à usage domestique et décorés avec les couleurs bleu, blanc et or qui, comme le vase de l’Alhambra, donnent un éclat métallique. Ces pièces étaient appelées “faïence dorée”.

La faïence dorée était très populaire parmi les classes supérieures de la société, de sorte que sa production a augmenté et qu’elle a commencé à être exportée dans toute l’Europe.

9. Les socarrats

Les socorrats ont été créés au XVe siècle à Paterna (Valence). Les socorrats sont un élément essentiel de l’évolution de l’utilisation de la céramique, car ils marquent le début de l’utilisation de la céramique décorative dans l’architecture.

Ces pièces étaient utilisées à deux fins : d’une part, pour remplacer des matériaux tels que la paille et le bois dans les constructions afin d’offrir une meilleure protection et résistance. D’autre part, certains motifs décoratifs sur les pièces représentaient un symbole de protection de la maison. 

Pour la fabrication de ces pièces, on utilisait des moules en bois dans lesquels on plaçait l’argile, puis on attendait qu’elle sèche à l’intérieur du moule et à l’air libre sans l’exposer directement au soleil ou à des endroits humides. Une fois secs, ils ont été peints en noir et rouge avec des pinceaux de différentes tailles, dessinant les figures qui apparaissent sur chaque socorrat.

Los socorrats cerámica de Europa

Il est intéressant de noter que plusieurs des dessins représentent des traditions des religions chrétienne et musulmane. En outre, il est très fréquent de trouver sur les fonds des figures d’animaux, de femmes, d’hommes, de fleurs et de créatures fantastiques, comme, par exemple, mi-humaines et mi-animales.

Ces pièces sont devenues si populaires que leur production s’est étendue à d’autres régions d’Espagne.

10. Le bassin sacré

Au cours des XVIe et XVIIe siècles, l’une des pièces les plus petites mais les plus importantes de l’époque est née. Cet objet mesurait 29 x 19 x 9 cm et a reçu le nom de pila benditera.

Le nom peut certainement déjà vous donner une idée de la signification et des usages que la société a donnés à cette pièce. En général, ces objets étaient placés dans l’endroit sacré de la maison, la chambre à coucher. Ils étaient placés à côté de la tête de lit dans le but de protéger la ou les personnes qui se trouvaient dans la chambre.

À l’intérieur du bassin, on conservait de l’eau bénite ou de l’eau de baptême, qui protégeait les gens des mauvaises énergies et des forces négatives pendant la nuit, selon les croyances catholiques.

La pila benditera pieza cerámica de Europa

Le bénitier se compose d’une cuvette, également appelée pililla, et juste au-dessus d’une plaque verticale qui lui donne un aspect élégant et précieux.

Et comment cette pièce a-t-elle été fabriquée ? Eh bien, le bol a d’abord été fabriqué sur le tour, puis la plaque a été modelée à la main. Les deux pièces ont ensuite été assemblées et décorées de motifs religieux.

L’utilisation de la vasque sacrée était si populaire qu’elle est devenue une coutume pour les croyants de l’époque, si bien qu’à partir de cette époque, sa production a augmenté, et avec elle, de nouveaux motifs décoratifs pour la pièce.

11. Le vase Buen Retiro

Le vase Buen Retiro est né à l’âge moderne, au XVIIIe siècle, à Madrid.

Cette pièce a été fabriquée à partir d’une pâte dure, blanche et translucide, la porcelaine. Ce type d’argile était déjà fabriqué en Chine au VIIe siècle, mais les Européens ont découvert la formule de sa production au XVIIIe siècle et ont décidé de l’utiliser pour réaliser des pièces de plus grand style, classe et élégance.

Parmi leurs inventions, celle qui se distingue le plus est le vase Buen Retiro, nommé d’après son lieu d’origine, la Real Fábrica del Buen Retiro à Madrid. Pour réaliser cette pièce, les céramistes ont été guidés par les vases classiques, et pour sa décoration, ils se sont inspirés des pièces françaises de la manufacture de Sèvres.

El jarrón del Buen Retiro cerámica de Europa

Cependant, pour les rendre différents des autres, ils ont adapté leur forme à celle d’un gobelet avec un couvercle en forme de col et de bouche d’un vase typique. Ces objets se caractérisent par leurs couleurs blanche, brune, dorée et bleue ; ils portent aussi généralement l’image de dieux, de personnages célèbres ou d’événements importants qui se sont déroulés au fil du temps.

Il convient de noter que ceux qui acquéraient ces vases étaient de classe élevée, car le fait de posséder l’un d’entre eux signifiait un rang social et économique élevé. 

Et c’est tout pour le blog d’aujourd’hui, qu’en avez-vous pensé ? Nous espérons que vous avez apprécié de découvrir les pièces qui ont été les plus importantes et pour en savoir plus sur l’histoire de la céramique, cliquez ici.

Compartir