Histoire de la poterie en Grèce

Saviez-vous que grâce à un morceau de poterie, nous pouvons apprendre sur l’évolution de toute une culture ? Eh bien, c’est ce qui se passe avec la culture grecque, qui nous permet de connaître son histoire grâce à la façon dont elle est capturée dans les céramiques.

Il existe plusieurs détails sur la culture grecque et nous allons vous en parler tout au long de ce blog. En outre, vous découvrirez les différents styles de céramiques grecques et l’héritage qu’elles nous ont laissé dans les pièces actuelles.

Quand la poterie est-elle arrivée en Grèce ?

Grâce aux connaissances héritées de leurs ancêtres, les Grecs ont réussi à créer de superbes pièces qui ont fait de la poterie grecque l’une des plus réputées au monde.

Celle-ci se caractérise par les détails et la décoration de chacune de ses pièces. À travers les figures, ils parviennent à refléter toute l’histoire de leur culture.

La céramique est arrivée dans cette culture pendant la période préclassique, de 2000 à 250 av. En fait, c’est grâce à eux que l’on trouve aujourd’hui des récipients en poterie, car ils ont commencé à les fabriquer pour transporter différentes denrées alimentaires telles que l’eau et le vin.

À cette époque, les personnes qui fabriquaient ces pièces étaient des esclaves, ainsi que des personnes libres et des artisans.

Les esclaves étaient un pilier très important, car ils constituaient la majorité des fabricants d’objets. Ils le faisaient pour obtenir de l’argent ou pour se libérer de leurs propriétaires. Incroyable, n’est-ce pas ?

Caractéristiques de la poterie grecque

Jarrón griego con figuras negras
Tirée d’Agrega

Voici 3 caractéristiques permettant de différencier la poterie grecque des autres cultures.

  1. Les couleurs représentatives de la décoration sont le rouge, l’orange, le noir et le brun.
  2. Les figures représentent des aspects de leur culture tels que les coutumes, les guerres, la vie quotidienne et les histoires mythologiques.
    Les principaux dessins sur leurs pièces étaient des formes animales et humaines, ainsi que de multiples éléments géométriques réalisés en rayures. À cette fin, ils ont créé des moules afin que les figures soient mieux réalisées.
  3. Les couleurs sont dues à l’argile athénienne qui contenait de l’oxyde de fer et qui, lorsqu’on la laissait sécher, prenait cette belle couleur.

Styles de poterie en Grèce

Les principaux styles qui ont existé dans toute l’histoire de la poterie grecque vont de 1050 à 525 avant J.-C. Faisons connaissance avec eux.

Style protogéométrique

La période protogéométrique s’étend de 1050 à 900 avant J.-C. Elle est caractérisée par des récipients à la décoration très simple dans lesquels on utilise aussi bien des techniques anciennes que d’autres créées à l’époque.

Avec le style protogéométrique, ils ont voulu suivre les traces des motifs mycéniens, qui sont essentiellement une décoration basée sur des motifs marins et végétaux.

estilo protogeométrico de la cerámica griega

Pour réaliser ces pièces, ils ont utilisé un tour rapide, un compas et des pinceaux aux extrémités différentes pour créer des motifs concentriques.

Ce style implique des lignes verticales et horizontales qui courent tout autour du col ou de la panse des récipients ou des vases. Des cercles, demi-cercles, triangles et carrés ont été utilisés comme décorations supplémentaires.

Style géométrique

Datant des IXe et VIIIe siècles avant J.-C., ce style se caractérise par des figures géométriques, comme des triangles par exemple, qui étaient placées dans des bandes séparées par des lignes triples.

Au fil des années, des décorations d’animaux tels que des chevaux, des cerfs, des chèvres et bien d’autres ont commencé à être mises en œuvre, qui étaient alternées avec les bandes de motifs géométriques traditionnels.

Estilo geométrico de la cerámica griega
Tirée de Pinterest

Au milieu du VIIIe siècle avant J.-C., les Grecs ont commencé à représenter des figures humaines apparaissant dans des défilés de guerriers avec des chars et des boucliers. Ces créations ont été nommés “Vases ou amphores de Dipylon”.

Les Grecs ont dessiné des scènes mythologiques sur des poteries en utilisant ce style. C’est à peu près à la même époque qu’Homère a compilé l’ensemble du cycle troyen dans l’Iliade et l’Odyssée.

Figurines noires

Elle est comprise entre 570 et 525 avant J.-C.. Les vases présentent des dessins de figures humaines en noir sur une partie de la pièce.

Figuras negras de la cerámica griega
Tirée de Forma es vacío, vacío es forma

Ces figures représentaient toute leur histoire et montraient à quel point la culture grecque était guerrière.

Figurines rouges

Ce style est né au VIe siècle avant J.-C., mais c’est au Ve siècle avant J.-C. qu’il s’est fait connaître et est devenu si populaire. Les scènes représentées dans ce style sont plus détaillées que les figurines noires, car elles obtiennent des effets de perspective et un sens de la réalité spatiale.

Cela permet d’identifier si une personne se trouve devant ou derrière une autre, comme vous pouvez le constater dans l’image ci-dessous.

Figuras rojas de la cerámica griega
Tirée de Festina lente: de ladrillo a mármol

Grâce à cette technique, ils ont pu très bien détailler la musculature des personnes, les traits du visage, les ornements des cheveux et autres.

Comme les deux styles de figurines noires et rouges coexistaient au début de cette période, ces styles ensemble ont été appelés “poterie bilingue”.

Comment les figurines rouges étaient-elles fabriquées ?

Pour l’élaboration de ce style, les Grecques utilisaient différents types d’argile qui était purifiée en la laissant reposer dans l’eau pendant quelques semaines.

Lorsque l’argile était prête, elle était pétrie et très bien mélangée à l’eau pour qu’il n’y ait pas de bulles.

Ce mélange était ensuite filtré et laissé sur le disque de pierre ou le tour de potier pour commencer à modeler la pièce. Après on le laissait cuire dans un four à 800°C.

C’est au cours de la première cuisson que se produit l’oxydation de l’argile, qui crée la couleur rouge ou orange caractéristique.

La pièce était ensuite transmise au peintre pour qu’il dessine l’esquisse du motif. Lorsque la pièce était prête, le peintre recouvrait les zones noires de vernis.

Lorsque le dessin était prêt, une deuxième cuisson à 950°C était nécessaire. Pendant cette cuisson, le four était un peu fermé pour que l’air ne pénètre pas trop, et le feu était alimenté par des feuilles et du bois vert pour produire de la fumée et ainsi faire noircir le vernis.

Puis, le four était ouvert pour aider à refroidir la pièce et, une fois de plus, la faire s’oxyder et lui donner la couleur rouge dans les zones où il n’y avait pas de vernis.


Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de la céramique et tout ce qui la compose, vous pouvez lire notre blog sur la céramique et l’histoire de cette pratique ancienne.

Compartir