L’histoire de la Céramique et de la Porcelaine Japonaises

Céramique Japon

Vous aimez connaître l’histoire de la céramique, savoir d’où elle vient et comment certaines techniques sont nées ? Vous êtes au bon endroit si vous voulez élargir vos connaissances à ce sujet, car au Club de la céramique, nous aimons parler de l’histoire de la céramique dans différentes parties du monde. La céramique japonaise est l’une des plus anciennes et aujourd’hui, vous allez tout apprendre à son sujet.

Vous avez sûrement déjà vu une porcelaine japonaise et vous n’avez pas imaginé tout le contexte dans lequel se trouve une de ces pièces, mais ne vous inquiétez pas, je vais vous raconter la grande histoire de cette poterie, les caractéristiques différentielles qu’elle possède et certaines des pièces les plus importantes de son histoire.

Le Japon et la céramique

La poterie japonaise est l’une des céramiques les plus anciennes et les plus importantes de l’histoire de la poterie, car elle a servi d’exemple aux différents types de poterie existant dans le monde.

Les premières traces de la poterie japonaise remontent à la période Jōmon, qui a débuté à environ 14 500 av. J.-C. et a duré jusqu’à 300 av. J.-C. Ses techniques étaient très manuelles et traditionnelles, comme la génération de formes au moyen de bandes, de cordes ou de fils.

Les immigrants chinois sont arrivés avec de nouvelles techniques, des fours plus sophistiqués et des éléments supplémentaires tels que la faïence et le plomb. Cela a influencé le Japon à lancer de nouvelles techniques, développées plus subtilement et avec plus de détails.

Caractéristiques de la poterie japonaise

  1. Toutes les pièces sont réalisées en grès ou en porcelaine, et même si la porcelaine est apparue de nombreuses années après le grès, elle reste très populaire dans la céramique japonaise.
  2. La poterie et la porcelaine japonaises ont été influencées par les Chinois et les Coréens. Le Japon a été chargé de transformer et d’adopter certains prototypes de ces deux pays et d’en faire des pièces purement japonaises.
  3. L’une des principales caractéristiques de la céramique japonaise est que sa beauté réside dans la simplicité et l’asymétrie de chaque pièce fabriquée à la main. Si vous vous demandez : “Pourquoi l’asymétrie ?”, vous comprendrez plus tard.
  4. La perfection et la beauté des céramiques japonaises résident précisément dans leur imperfection, on peut dire qu’en elles on peut apprécier la beauté de l’imparfait. Cela se traduit par des déformations accidentelles telles que des fissures ou des granules.

    Ces déformations peuvent se produire parce que les pièces ont été fabriquées à la main et qu’il peut y avoir de petites erreurs ou parce que des variations ont été causées par la cuisson dans le four.
  5. Les taches produites par la cuisson sont un autre aspect très unique et frappant de la céramique japonaise.
  6. La nature irrégulière ou difforme des pièces les rend uniques, avec leur propre personnalité, et signifie également qu’aucune des céramiques n’est identique à une autre, même si elles ont été produites dans la même usine.
  7. La base de l’esthétique de la céramique japonaise est l’appréciation de la simplicité et de la modestie, mettant en valeur les imperfections de la céramique qui sont générées dans son processus naturel et artisanal. C’est donc la marque de fabrique des céramiques japonaises.

Différences régionales

Dans tous les types d’art du monde, il existe des différences de création en fonction du lieu et des conditions d’origine. Et la céramique japonaise ne fait pas exception.

C’est pourquoi nous allons parler brièvement des différences de la porcelaine japonaise entre 6 régions de ce pays.

Kutani

La porcelaine de la région de Kutani se distingue par ses gravures colorées et ses scènes de la nature. Nous vous assurons que vous trouverez rarement un seul centimètre sans teinture sur ces pièces.

Ils se distinguent également par l’introduction pour la première fois de la calligraphie Saji de manière très détaillée pour couvrir les pièces de poèmes de l’époque.

Arita

Cette ville est l’un des plus importants ambassadeurs de la céramique japonaise à l’échelle internationale et possède deux musées présentant des pièces uniques et des visites guidées pour parler de l’histoire de la porcelaine et de son implantation dans le pays.

Il peut être divisé en deux types : ceux avec des motifs bleus et blancs, et ceux avec des tons vibrants et accrocheurs. Ce sont les styles qui ressemblent le plus à la porcelaine européenne, car pendant un certain temps, les articles d’Arita ont été exportés en Occident par des étrangers vivant sur une île voisine.

Karatsu

La céramique de Karatsu a été fortement influencée par les maîtres potiers coréens pendant la guerre d’Imjin. Ce type de céramique a été utilisé pour fabriquer des objets tels que des bols, des coupes et des assiettes. Aujourd’hui, cette poterie est l’une des plus réputées pour son utilisation dans la célèbre cérémonie du thé du pays.

Mino

La poterie de cette ville avait beaucoup de reconnaissance, car 50% des pièces qui étaient utilisées dans tout le Japon venaient de là, ceci est dû au fait que dans cette région de nombreuses machines étaient installées pour créer la poterie.

La poterie Mino se caractérise par l’utilisation du jaune, du vert, du gris et du noir pour représenter des feuilles et des branches sur des fonds monochromes.

L’un des plus grands festivals de poterie du monde se tient à Mino tous les trois ans. Elle dure un mois et plus de trois mille œuvres d’artistes du monde entier y sont exposées.

Seto

La céramique de Seto est considérée comme l’une des plus importantes céramiques du Japon, car le mot qu’ils utilisent comme terme générique pour tout type de porcelaine est “setomono”.

Nous pouvons identifier leurs articles par leur finition en laque brillante et leurs formes simples et quelque peu robustes. En raison de l’absence de certains outils, la vaisselle de Seto présente également un style quelque peu grossier, qui contraste avec l’attrait de sa glaçure brillante.

Bizen

Il s’agit de la plus ancienne technique encore utilisée aujourd’hui. Les objets sont rudimentaires, mal faits, non décorés, ternes et de couleurs pâles et usées.

Cerámica japonesa

Histoire de la poterie japonaise

Le Japon est le pays qui possède la plus longue histoire de production de poteries en terre cuite au monde. La poterie japonaise est née à la période Jōmon, c’est-à-dire il y a environ 16 000 ans.

Les céramiques trouvées de la période Jōmon comprennent toutes sortes de grands ustensiles de cuisine décorés de ficelles. C’était un art très utilitaire qui répondait aux besoins de la population.

Au fil du temps, de nouvelles techniques ont été introduites en provenance de différentes régions du pays. Le four d’Anagama, d’origine chinoise, comportait plusieurs chambres souterraines avec des espaces entre chaque chambre pour maintenir la combustion. Cela signifie qu’il n’y a pas deux fours identiques et que les particules de cendres donnent une touche différente à chaque pièce.

C’est ce four qui a permis la fabrication de grès à haute température, c’est-à-dire que l’un des aspects les plus caractéristiques de ce type de poterie est né.

Le milieu du XVIe siècle est l’âge d’or de la porcelaine japonaise, qui a été rendu possible par l’établissement d’un grand nombre d’ateliers de poterie dans le pays. La plupart d’entre elles étaient consacrées à la production d’articles pour le thé, une pratique qui commençait également à se répandre au Japon à cette époque.

Le thé et la cuisine ont toujours eu une influence majeure sur le développement de la céramique japonaise. Ils sont toujours allés de pair car les potiers japonais, comme dans toute autre partie du monde, s’adaptent aux besoins actuels de chaque société.

La forme et la décoration des pièces ont radicalement changé au 3e siècle avant J.-C. lorsqu’un nouveau style est arrivé de Corée et de Chine, sa principale influence sur ce qui est devenu et ce qui est aujourd’hui la poterie japonaise.

Ce nouveau type de poterie, appelé Yayoi, était basé sur des formes plus simples et plus petites et sur une décoration plus sobre et retenue.

Du 11e au 16e siècle, le Japon a importé un type particulier de poterie chinoise appelé céladon, ainsi que de la porcelaine blanche et des articles bleu et blanc.

Comme tout a évolué au fil des ans, au XVIIe siècle, les fours ont commencé à produire des céramiques émaillées au plomb, qui sont aujourd’hui les émaux que nous utilisons tant.

C’est alors qu’apparaît la fabrication de l’autre matériau important de la céramique japonaise, la porcelaine. L’argile blanche a été découverte dans la ville d’Arita au début du XVIIe siècle et, par conséquent, de plus en plus de fours ont été installés dans tout le pays.

Les marchands locaux ont créé de nouveaux fours (et certains anciens, comme le four de Seto) qui n’étaient plus des fours à grès mais des fours à porcelaine. Ils étaient appelés “nouveaux fours”.

Après des années d’expérimentation et de production de différents types de grès et de porcelaine, au XXe siècle, une grande partie de l’industrie céramique japonaise a connu une croissance exponentielle avec le début de la fabrication d’objets d’usage courant. Sa croissance a été telle qu’elle est encore extrêmement importante dans la céramique d’aujourd’hui.

Céramique japonaise moderne

Dans la céramique japonaise moderne, les potiers japonais continuent à travailler la porcelaine et le grès pour créer des pièces classiques telles que des vases, des bols, des plateaux, des assiettes et d’autres pièces modernes telles que des objets abstraits, rompant souvent avec les modèles précédemment établis.

Mais il est important de souligner que non seulement les caractéristiques traditionnelles de la céramique japonaise ont été maintenues, mais qu’elles l’ont été avec une capacité d’innovation et un incroyable niveau d’excellence parmi tous les céramistes.

Il y a eu de petits changements dans la production et la décoration en fonction de la vision de chaque potier, comme la fabrication d’objets qui ne sont pas aussi utilitaires ou typiques qu’un bol ou une tasse, mais l’essence japonaise est toujours présente dans chacune des pièces.

Cerámica japonesa moderna
Japón, cultura y arte

Avoir une vision plus globale de la céramique est un aspect qui influence la céramique moderne, car ces artistes ne se sont pas contentés de s’en tenir aux techniques de leurs ancêtres, mais ont ajouté un peu d’autres techniques du monde entier à leurs techniques traditionnelles.

Un très bon exemple de céramique japonaise moderne qui n’oublie pas ses racines est une pièce de l’artiste Karsumata Chieko qui aime créer des objets à l’aspect végétal et aux textures et couleurs irréelles.

Cette pièce est réalisée avec l’argile de Shigaraki, une argile apparue à la fin du 13e siècle dans cette ville japonaise. La composition de cette argile a généré une texture rugueuse due à l’explosion de petits granulés blanchâtres lors de la cuisson. C’est pourquoi votre pièce a un aspect si rustique et est si fascinante. Ça donne envie de le toucher, vous ne trouvez pas ?

Principales pièces de cette céramique

Qu’il s’agisse de céramiques japonaises traditionnelles ou modernes, il est certain que vous y trouverez toujours une grande qualité, une fonctionnalité et un aspect pratique. Parmi les pièces les plus importantes de la céramique japonaise (dont certaines sont utilisées depuis des milliers d’années), on trouve :

  • Bols de riz
  • Théières
  • Tasses
  • Distributeurs de sauce soja
  • Urnes funéraires
  • Pots de cuisson

Bols de riz

Une pièce utilisée dans la vie quotidienne dans la culture japonaise et qui a été transformée au fil du temps en termes de décoration, mais pas en termes de production, car elle a toujours eu la même utilisation et la même forme.

Cuenco de arroz japones

Théières

C’est une pièce qui a de nombreuses années d’histoire japonaise et qui a de nombreuses formes et a beaucoup changé au fil des années et des techniques. Il est utilisé dans la cérémonie traditionnelle du thé.

Tetera japonesa

Tasses

Les tasses à thé font partie des pièces de poterie les plus utilisées dans la culture japonaise pour la même raison que les théières, la fameuse cérémonie du thé qui a une signification spirituelle pour eux. C’est une façon de purifier l’âme par l’union avec la nature.

Taza de té

Si la plupart de ces tasses n’ont pas d’anse ou d’oreille, c’est en raison de la tradition culturelle qui veut que la tasse soit tenue à deux mains ou à pleine main, car le thé est servi à température moyenne afin que le sucre se dissolve plus lentement et que la saveur soit préservée.

Distributeurs de sauce soja

La sauce soja est très présente dans les préparations de la culture japonaise et c’est pourquoi il existe une pièce spécialement conçue pour la conserver. Ce distributeur qui se trouve à l’intérieur de la céramique japonaise moderne (photo ci-dessous) provient de Hakusan Porcelain à Hasami, une ville du Japon.

Dispensador de salsa

On peut dire qu’il est moderne car sa forme est très différente des modèles normaux, et il a également une fonction très spéciale : lorsque vous mettez votre doigt sur le trou du couvercle, la sauce ne sort plus, comme si le trou d’où sort la sauce était couvert.

Urnes funéraires

Ce sont des pièces japonaises très connues au niveau international, car je suis sûr que nous avons tous vu une urne funéraire japonaise à un moment ou à un autre. C’est le récipient où sont conservées les cendres du défunt, ce qui a pour eux une grande signification en raison de l’importance et du respect qu’ils ont culturellement envers leurs proches.

Urna funeraria japonesa

Pots de cuisson

Les casseroles et les poêles, ainsi que tous les types de pots utilisés pour la cuisson, sont considérés comme la plus grande partie de la production de céramique du Japon, car chaque ménage en a nécessairement au moins un dans sa cuisine.

Cacerola japonesa

Où trouver ces pièces

Musée national de Tokyo

Le musée national de Tokyo est le plus grand et le plus ancien musée du Japon. Il date de 1872. La visite de ce musée est un excellent moyen de se familiariser avec la culture et l’histoire du pays.

Il possède une grande collection d’objets de valeur archéologique et artistique de différentes époques du Japon et d’autres pays asiatiques comme la Chine. Il est situé au 13-9 Uenokoen, Taito City, Tokyo 110-8712, Japon. Et comme nous savons que l’Amérique latine est un peu loin, ne vous inquiétez pas, vous pouvez faire une visite virtuelle pour voir ces superbes pièces.

Musée des arts décoratifs de Madrid

Ce musée situé à Calle de Montalbán, 12, 28014 Madrid, Espagne, a été fondé en 1982 et possède une vaste collection de 3 986 objets issus de différents arts décoratifs.

Le musée des arts décoratifs possède une collection de pièces provenant du Japon et de Chine, dont la production remonte au XVIIe siècle. Ces pièces attirent beaucoup l’attention des visiteurs en raison de la tradition artistique qui se cache derrière chacune d’entre elles.

Il est actuellement fermé pour des raisons sanitaires, mais nous espérons pouvoir ouvrir ses portes très prochainement pour en apprendre davantage sur l’art de la céramique japonaise. Voici leur site web, vous pouvez donc le consulter et savoir quand ils seront de nouveau ouverts.


Nous avons désormais atteint la fin de ce blog sur la fantastique poterie japonaise et toute son histoire à travers le temps. Nous espérons que nous avons satisfait votre désir de connaître l’histoire de la céramique et que vous disposez désormais de nombreux faits intéressants à raconter à votre famille et à vos amis.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire de la céramique dans le monde, continuez à lire notre Club de la céramique. Vous y trouverez des blogs sur la poterie en Colombie, en Grèce et dans la région européenne.

Compartir